Le théâtre, depuis ses origines, est un formidable miroir de la société. Il reflète les moeurs, les coutumes, mais aussi les préoccupations et les tensions de l’époque. En France, personne ne l’a mieux saisi qu’un certain Jean-Baptiste Poquelin, plus connu sous le nom de Molière. Ce maître incontesté de la comédie a su, à travers ses pièces, critiquer avec finesse et humour les moeurs de la société française du XVIIe siècle. Voyons comment, à travers ses personnages emblématiques, il a permis de pointer du doigt les travers de son époque.

La comédie moliéresque, une critique de la société de son temps

Le théâtre de Molière est indissociable de la notion de critique sociale. En effet, la plupart de ses pièces mettent en scène des personnages typiques de la société du XVIIe siècle, dont les travers sont brillamment mis en évidence. Ces personnages sont souvent les vecteurs de la critique de Molière envers les moeurs de son époque.

A lire aussi : Les peintres français célèbres du mouvement impressionniste

Prenez par exemple le personnage d’Argan dans "Le malade imaginaire". Cette pièce est une satire cinglante de la médecine de l’époque, représentée par les médecins ridicules et incompétents qui gravitent autour d’Argan. Ce dernier, obsédé par sa santé et facilement manipulable, est le reflet d’une partie de la société du XVIIe siècle obsédée par la maladie et la mort.

Dans "L’école des femmes", c’est le personnage d’Arnolphe qui est au coeur de la critique. Ce bourgeois ridicule et misogyne tente d’épouser Agnès, une jeune fille naïve et ignorante qu’il a élevée à l’écart du monde. A travers ce personnage, Molière critique la condition des femmes au XVIIe siècle, souvent réduites à leur rôle d’épouses et de mères, et privées de toute éducation.

A découvrir également : Comment la philosophie existentialiste se manifeste-t-elle dans le théâtre de Jean-Paul Sartre ?

Le théâtre de Molière, une galerie de personnages hauts en couleurs

Si la critique sociale est omniprésente dans les pièces de Molière, elle ne serait rien sans la galerie de personnages hauts en couleurs qui la porte. Des bourgeois ridicules aux serviteurs rusés, en passant par les médecins incompétents et les jeunes filles naïves, chaque personnage est un morceau de la société du XVIIe siècle.

Dans "Le malade imaginaire", Toinette, la servante d’Argan, est un personnage clé. Rusée et pleine de bon sens, elle est l’antithèse de son maître, obsédé par sa santé et facilement manipulable par les médecins. Toinette, par son intelligence et sa connaissance du monde, représente la critique de Molière envers la naïveté et la crédulité de certains membres de la société de son époque.

Dans "L’école des femmes", Agnès est la parfaite incarnation de la femme au XVIIe siècle. Naïve et ignorant tout du monde, elle est le jouet d’Arnolphe, qui voit en elle la femme idéale, docile et obéissante. Mais Agnès, par sa naïveté et sa pureté, finit par révéler la véritable nature d’Arnolphe, et ainsi critiquer le statut des femmes dans la société du XVIIe siècle.

Au-delà de la comédie : Molière et la tragédie

Si Molière est avant tout connu pour ses comédies, il a également écrit des tragédies, des pièces qui lui ont permis d’explorer d’autres aspects de la société du XVIIe siècle. Dans ces pièces, la critique sociale est toujours présente, mais elle prend une forme différente, plus dramatique et plus sombre.

Dans "Dom Juan", par exemple, Molière critique la débauche et l’immoralité de certains membres de la noblesse de son époque. Le personnage de Dom Juan, libertin et séducteur, incarne cette critique.

Dans "Le Misanthrope", c’est la société dans son ensemble qui est critiquée, à travers le personnage d’Alceste, qui rejette les conventions sociales et les hypocrisies de son époque.

L’amour dans le théâtre de Molière

L’amour est un thème omniprésent dans l’oeuvre de Molière. Que ce soit dans ses comédies ou dans ses tragédies, l’amour est souvent présenté comme une force puissante, capable de bouleverser les conventions sociales et de révéler la véritable nature des personnages.

Dans "Le Bourgeois gentilhomme", par exemple, l’amour est au coeur de l’intrigue. Monsieur Jourdain, un bourgeois qui aspire à devenir gentilhomme, est prêt à tout pour séduire une marquise, quitte à ridiculiser sa condition et à se faire manipuler par des gens malhonnêtes. A travers cette histoire, Molière critique l’ambition sociale et le snobisme de certains bourgeois du XVIIe siècle.

Dans "Les Fourberies de Scapin", c’est l’amour qui permet aux jeunes amoureux de déjouer les plans de leurs parents. A travers cette histoire, Molière critique les mariages arrangés et la volonté des parents d’imposer leur choix à leurs enfants.

Ainsi, à travers ses pièces, Molière a su critiquer avec finesse et humour les moeurs de la société française du XVIIe siècle. Que ce soit à travers la comédie, la tragédie ou l’amour, chaque pièce est une fenêtre ouverte sur une époque et ses travers.

Les influences de Molière : de la Commedia dell’arte à Louis XIV

Molière, comme tout auteur, n’a pas créé son œuvre en vase clos. Ses pièces sont le fruit de multiples influences, allant de la Commedia dell’arte italienne à l’éminente figure de Louis XIV.

La Commedia dell’arte, avec ses personnages stéréotypés et ses situations comiques, a grandement influencé le théâtre de Molière. On peut voir cette influence dans la structure de ses pièces, souvent basées sur des quiproquos et des jeux de mots, mais aussi dans ses personnages. Par exemple, Thomas Diafoirus dans "Le malade imaginaire" est une caricature des médecins de la Commedia dell’arte, avec leur jargon incompréhensible et leurs remèdes farfelus.

Quant à Louis XIV, il a joué un rôle primordial dans l’essor du théâtre moliéresque. Molière a bénéficié du soutien du roi, qui appréciait ses pièces et lui a même confié la direction de la troupe de la Comédie-Française. Cette proximité avec le pouvoir a permis à Molière de critiquer les moeurs du XVIIe siècle tout en restant dans les bonnes grâces de la cour.

Molière et la Comédie-Ballet : une innovation majeure du XVIIe siècle

Molière n’était pas seulement un auteur, c’était aussi un acteur, un metteur en scène et un innovateur. L’une de ses innovations majeures a été la création de la Comédie-Ballet, un genre qui mêle théâtre et danse.

Dans des pièces comme "Le Bourgeois Gentilhomme" ou "Les Précieuses Ridicules", Molière a utilisé la danse comme un élément de l’intrigue, un moyen d’exprimer les émotions des personnages et un spectacle en soi. Ces pièces offrent une critique des moeurs de l’époque, mais aussi un divertissement visuel et musical.

Cette innovation a rencontré un grand succès auprès du public du XVIIe siècle, habitué aux spectacles de la cour de Louis XIV. Elle a également permis à Molière de faire passer ses critiques de la société de manière plus subtile, en les intégrant dans un spectacle divertissant.

En conclusion : Molière, le miroir de la société française du XVIIe siècle

En conclusion, le théâtre de Molière, avec ses comédies, ses tragédies et ses comédies-ballet, a su refléter avec finesse et humour les moeurs et les préoccupations de la société française du XVIIe siècle. Que ce soit à travers la critique de la médecine dans "Le malade imaginaire", de la condition des femmes dans "L’École des femmes", de l’ambition sociale dans "Le Bourgeois gentilhomme" ou de l’hypocrisie dans "Le Misanthrope", chaque pièce est une fenêtre ouverte sur une époque et ses travers.

Ainsi, si vous voulez comprendre la société française du XVIIe siècle, ne cherchez pas plus loin que les pièces de Molière. Elles sont une mine d’informations sur les moeurs, les coutumes, les préoccupations et les tensions de l’époque, le tout présenté avec un humour et une finesse qui font de Molière un maître incontesté de la comédie. Bonne lecture, ou plutôt, bon spectacle !